You are currently viewing Optimiser l’assurance emprunteur

Optimiser l’assurance emprunteur

Lors de la souscription d’un prêt immobilier, il est indispensable de souscrire conjointement une assurance pour ledit prêt : cette assurance permet en effet de garantir à l’organisme prêteur de pouvoir être remboursé de la somme versée en cas d’accident de l’emprunteur. Ces assurances couvrent généralement un grand nombre d’éventualités : elle assure notamment le remboursement du prêt en cas de décès, de perte d’emploi ou d’incapacité temporaire de travail de l’emprunteur. Bien que légalement facultative, cette assurance est la plupart du temps exigée par les organismes bancaires, qui se réservent en pratique le droit de refuser l’octroi d’un crédit à une personne non assurée. La plupart des emprunteurs choisissent d’opter pour l’assurance proposée par la banque auprès de laquelle ils sollicitent leur prêt immobilier. Toutefois, il est important de savoir qu’il existe des solutions alternatives pour ceux qui ne souhaitent pas souscrire leur assurance auprès de leur banque.

 

Assurance externe

Aujourd’hui de plus en plus d’emprunteurs ne trouvent pas leur compte dans les assurances proposées par la banque qui leur octroient leur crédit immobilier : ils invoquent en effet souvent un taux d’interêt trop élevé ou des conditions trop restrictives, c’est-à-dire une couverture insuffisante. C’est pourquoi beaucoup choisissent de se tourner vers des sociétés d’assurance externes à leur banque, afin de trouver des offres mieux adaptées à leurs besoins et à leurs moyens. Il existe d’ailleurs des sites internet qui se chargent de comparer les différentes assurances du marché.

Lois

Entrée en vigueur le 26 juillet 2014, la loi Hamon a quelque peu révolutionné le marché de l’assurance emprunteur : elle permet en effet à ceux qui ont souscris une assurance auprès de leur banque, en même temps que leur demande de crédit, de résilier ladite assurance dans les douze mois suivant la date de signature de l’offre de prêt. La banque dispose alors de dix jours pour accepter la demande, sous peine de se voir infliger une amende de 3000 euros en cas de non respect de cette obligation. Elle n’a par ailleurs pas le droit de facturer un quelconque service d’étude d’une éventuelle assurance externe, ni de frais de résiliation.

 

Vous avez besoin de l’aide d’un professionnel pour vous orienter et vous donner les clés pour faire le meilleur choix ? Sachez que nous travaillons en collaboration avec un conseiller en gestion de patrimoine : vous pourrez donc bénéficier de conseils d’experts, qui vous indiqueront l’investissement adéquat en fonction de votre situation.

Laisser un commentaire